Mes romans Caroline Bordczyk

30 septembre 2018

Un retour sur mon roman d’anticipation : LE COMMERCE DES MOTS

Classé dans : Année 2018,Information — eructeuse @ 21 h 41 min

LE COMMERCE DES MOTS

 Le commerce des mots est une fiction intemporelle. C’est une fiction par la nature de son histoire qui est imaginaire mais intemporelle par le réalisme des situations qui y sont contées et des questions qu’elle soulève.

Je vous parlerais ni du noms des personnages ni des descriptions détaillées des différents lieux dans lesquels ils évoluent. L’appréciation de ces éléments dépendra des goûts de chaque lecteur. Mais j’aimerais par contre que l’on se penche sur les questions environnementales, sociales et économiques que cette histoire amène.

En effet dès les premières pages nous sommes mis face à une réalité extrêmement dérangeante. Je ne pense personnellement pas que l’on puisse lire Le Commerce des mots sans ressentir une profonde gène. Le lecteur est pris à témoin des différentes situations et ne peut que se demander « Et moi, qui serais-je dans cette même situation. » ou encore « Ah, je pense que j’aurais eu la même réaction que ce personnage ? » Ainsi dans cet imaginaire, la frontière entre le réel et l’irréel s’estompe. La rencontre entre l’irréel de la fiction et le réel du vécu du lecteur crée chez le lecteur un imaginaire. Un monde de questionnements qui continuera d’exister et de se développer dans son esprit même après qu’il aie tourné la dernière page de ce livre.

Cela nous renvoie à l’intemporalité de cette histoire. Ne serait-ce pas le but de toute lecture que de se questionner sur le sens des choses pendant et surtout après la lecture ?

 Dans ce récit il est question de l’impact de l’humanité sur la planète et de notre devenir.

Notre planète… ce possessif me dérange aujourd’hui, devrais-je plutôt dire : « Dans ce récit il est question de l’impact de la planète Terre sur ses êtres humains et leur devenir ».

Et je crois que c’est en cette remise en question que je viens de faire que résident tout le talent et la virtuosité d’écriture dont fait preuve l’auteur dans ce roman.

Nous ne sommes que les locataires de cette magnifique planète et nous devons apprendre à vivre en collocation avec les autres espèces et nos semblables. Il est de notre devoir d’apprendre à écouter les lois et le sens de cette nature qui nous loge, voilà le prix de notre loyer.

Une ode éducative, une éloge à la tolérance, une interpellation à notre conscience individuelle et collective de nous-même et de ce que la terre a à nous offrir et une remise en question de nos sociétés ; le tout dans une atmosphère alarmante et oppressante où l’amour est le maître mot.

BREHMER Emmanuel

25/07/2018

21 ans

Villeneuve-sur-Lot

 IMG_20170314_025918

IMG_20170301_040602

 

 

 

25 septembre 2018

Un retour sur mon roman : « Le roman de sa vie… Une infusion de T? »

Classé dans : Année 2018 — eructeuse @ 19 h 08 min

J’ai lu plusieurs livres de Victoryne Mokqueuz alias Caroline Bordczyk avant d’ouvrir LE ROMAN DE SA VIE  » « Une infusion de T »" .

Là je me suis retrouvé comme je m’y attendais devant une écriture personnelle tracée par une personne de caractère et c’était le cas mais quelque chose de plus profond encore a vite retenu mon attention.
De tels événements, de telles confrontations pour les luttes de la vie, la rencontre de ces destins les uns menés par d’altruistes personnes, d’autres, produits par des ego étroits et bornés, ne peuvent pas être qu’imaginés, n’être que des personnages d’une auteure, même si l’on connaît la capacité de celle-ci en matière de créativité.

On a le sentiment d’être immergé dans quelque tragédie qui est vraiment arrivée, que ces personnages n’ont été inventé, ensuite, que pour apparaître dans un roman parce que c’était le seul lieu où pouvait être relatée leur histoire. Vies subissant de cruelles épreuves mais aussi vies remplies d’humanité, c’est une ligne constante chez l’auteure.

Poignant est le sentiment ressenti parce que, pas de superficialités, pas des personnages passe-temps justes utiles pour bricoler un roman, on est dans du réel, du vivant.

Ça sera la difficulté pour le lecteur, cette proximité avec la vie, la vraie, si celui-ci n’est pas prêt à vivre le livre, mais ce sera une belle récompense s’il le fait, car c’est un sentiment de partage intime, comme une lettre reçue d’une amie qui viendra clore cet écrit.

Donc toujours l’humanité aux rendez-vous de cette auteure, la ligne femme pour les choses de la vie (les femmes ont vraiment un autre talent que les hommes à ce sujet, les expériences du vécu donnent aux femmes une profondeur, une proximité réelle qui manquent si souvent aux hommes).


C’est réussi la magie opère et l’on peut partager, y vivre une communion de destin comme le secret d’une vie révélée.

Donc bravo encore une fois.

Texte de Joseph Toquec

Ma plus grande satisfaction est de voir que ce que je voulais dégager dans ce roman soit perçu !  Joseph, tu as cette capacité, cette analyse à voir ce que je voulais communiquer… Cela me procure bonheur et émotion ! Merci beaucoup ! Ton texte me touche énormément ! J’ai voulu narrer la dureté de la vie des femmes, de ce qui s’efface mais qui fut là, comme une confidence entre amies… On n’est pas dans l’étalement d’une chair abîmée mais dans un message intime avec le respect qui se doit face à des évènements qui nécessitent douceur et compréhension, respect aussi… Une porte s’ouvre sur le savoir de ces faits et la possibilité de comprendre et de saisir l’opportunité d’être compassionnel… humain !

IMG_20180629_132319IMG_20180629_132354(1)

19 août 2018

Confidence

Classé dans : Information — eructeuse @ 10 h 56 min

C’était la première fois que je ne trouvais pas directement ni le titre ni l’image pour mon dernier roman, j’ai donc commencé à écrire avec un titre qui ne me plaisait pas vraiment et cherchais donc toujours à faire ma première page de couverture adéquate… J’aime bien que ce soit fait dès le début ! J’ai changé trois fois, puis bling enfin une idée…

Mon fils, mon deuxième, qui vit avec moi,  me marre souvent  ce qui l’interpelle, nous discutions alors de certains youtubers, des films qu’il regarde et on a beaucoup de discussions sur l’importance d’être en conformité avec nos idées : cohérence  etc et il me dit une phrase qui me frappe ! Je la note et  la garde pour mon livre ! Elle me plaît… Je passe en forme affirmative et cela correspond enfin à ce que je recherche sur l’engagement et j’ai fini par faire ma première page de couverture !

IMG_20180818_080211

18 août 2018

Mais qu’est-ce qu’elle dit ?

Classé dans : Information — eructeuse @ 9 h 40 min

Sentant un voile sur les auteurs autoédités dans notre beau pays, je compte créer ma « chaîne » Youtube… Projet à produire en 2019 ! L’idée n’est pas de moi… J’en profite pour embrasser ma manager chaleureusement ! Merci aussi Joseph pour l’idée !

Il va s’en dire que je ne ferai pas cette action sans omettre de passer dans le centre de Villeneuve sur lot d’une manière rigolote ! Sous le voile la clownesse ! Je vais me  remettre au vélo ô ô !

IMG_20180818_092608

Voir l’article de la Dépêche en 2014… ici sur ce blog.

VILLENEUVE SUR LOTCAROLINE BORDCZYKECRIVAINE ATOEDITE

Le micro ne me fait par peur, je l’ai tenu plusieurs mois pour présenter les équipes d’élite 1 seniors et juniors au stade Max Rousié lors des rencontres de rugby à XIII  quand j’étais membre du comité directeur de l’association des Léopards de Villeneuve treize et bénévole ! Du bonheur brut !

Présentation de mon dixième roman

Classé dans : Année 2018 — eructeuse @ 8 h 14 min

 à la correction…La première, je sais que j’ai des choses encore à finaliser…Le boulot n’est pas fini…

A suivre…

IMG_20180818_080211

Sortie prévue en décembre 2018

16 août 2018

Tiens donc j’écrivais ça dans mon journal de bord

Classé dans : Année 2008 — eructeuse @ 11 h 26 min

Irrévéren…chieuse ! C’est grave docteur ?  Écrit en 2008 !

IMG_20180816_110704IMG_20180816_110737

28 juillet 2018

C’était en 2014

Classé dans : Information — eructeuse @ 8 h 43 min

Un personnage surprenant, atypique qui se promène dans les rues de la bastide, un balai à la main avec un message accroché dessus, un masque Anonymous à l’arrière de la tête. Ce personnage, c’est Caroline Bordcyk, ou encore Victorine Moqkeuz. «Je suis une écrivaine autoéditée. Si je me suis mise à l’écriture et à la publication c’est que, tombée en maladie, j’ai eu du temps pour occuper mes nuits blanches. l’écriture n’est pas ma béquille». Et si Caroline (ou Victorine) se déplace actuellement dans la ville, c’est pour proposer «deux ouvrages qui vont bientôt sortir. L’un fait de textes et de nouvelles «Allo la bougresse, quelles nouvelles ?» et un autre qui me tient à cœur, sur le patriarcat «Brame au-dessus d’un nid de cocottes», car je suis outrageusement féministe».

 

La Dépêche du Midi

VILLENEUVE SUR LOT CAROLINE BORDCZYK ECRIVAINE ATOEDITE

Oui j’étais sortie avec un texte de mon cru : Abolissons les privilèges ! Soyons fous !J’ai beaucoup manifesté dans ma vie avec du monde ou peu de monde, alors manifester pour la promotion de mes livres, ce n’est pas un problème; de plus je ne compte pas m’arrêter là ! Affaire en mouvement !

5 juillet 2018

Le roman de sa vie « Une infusion de T ? »

Classé dans : Année 2018,Information — eructeuse @ 15 h 43 min

Premier avis de Joseph Toquet sur mon roman : Le roman de sa vie « Une infusion de T ? » ça me fait chaud au cœur !


Il est déjà arrivé. En revenant des courses surprise dans la boîte aux lettres.

Magnifique avec cette couleur de couverture et la sobriété de la photo ,ça lui donne un genre tendre et sérieux à la fois .
Quand je vois son prix, 12€ttc ,je me dis que la culture reste vraiment abordable, pas cher en fait. Hier j’ai payé ce prix pour un simple connecteur HDMI à la boutique du patelin (et j’ai trouvé ça exorbitant !).

Le contenu ? Évidemment j’ai commencé de le lire de suite .
Je retrouve le style qui t’est si personnel, l’écriture vivante et rapide qui met le lecteur en contact direct avec la narration .
Donc dès les premières lignes je suis directement lié à l’histoire d’Eloïse , le phénomène se reproduit comme dans le Commerce des mots .
Quand tu écris un roman du coup le style d’écriture est fluide, agréable à suivre.
(Pour le genre politique, même en fait autobiographique comme Irréven..chieuse ou Allô La Bougresse, là l’écriture est très directe voir sportive ( comme montagneuse, ardue ou même cubique, je n’arrive pas trouver avec un seul mot pour dire sa forme. J’ai même pensé fractale ..).

S’il t’arrivait, va savoir, d’écrire un autre roman je pense que tu as déjà maîtrisé ton propre style d’écriture pour le roman, donc ne change rien.
Merci encore. Du coup avec le temps qui a rafraîchi d’un coup (hier soir petit orage sans pluie qui a décompressé l’atmosphère qui était devenue lourde et insupportable .) je reçois comme une double dose de fraîcheur .
Ce livre m’a apporté de suite une très agréable sensation .
(Un truc pas bien définissable qui touche à la paix, l’esprit… la tranquillité de simplement exister .).

….Le neuvième est une réussite, je n’en doute pas. C’était brave de toi de le produire ….


IMG_20180629_132319IMG_20180629_132354

4 juillet 2018

Ainsi donc

Classé dans : Année 2017,Information — eructeuse @ 11 h 21 min

Pour résumer mes livres publiés en 2017 sont à Pujols à La Maison de la Presse avec mon petit dernier

IMG_20180702_095224

 

IMG_20180702_104327

et le petit dernier à Villeneuve sur Lot est au commerce le KHEDIVE

IMG_20180630_093746IMG_20180704_094936

Chers lecteurs et lectrices assidues (accord de proximité lol) à mes blogs vous pouvez les commander à anelabougresse@orange.fr

Un grand Merci à vous qui avez pris mes livres dans votre commerce !

Une envie de roman

Classé dans : Année 2018,Information — eructeuse @ 11 h 04 min

En direct du commerce le KHEDIVE à Villeneuve sur Lot

IMG_20180704_094936

IMG_20180704_094844

Merci aux propriétaires du KHEDIVE !

 

12345...7
 

O.V.N.I.PRESENT |
Avantquechantentlescigales |
Lesecritsdo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Distributiondescartes
| Pocopordecir
| Spirousan